le site de paul soriano

Médiologie, philosophie, finance, livres & idées

« Les citations dans mon travail sont comme des voleurs de grands chemins qui surgissent en armes et dépouillent le promeneur de ses convictions » (Walter Benjamin)

Accueil > Médiologie > Dictionnaire de médiologie (paginé)

Dictionnaire de médiologie (paginé)

Les mots de la médiologie

Paul Soriano, dimanche 1er mai 2011

Version "pop-up" (liens désactivés)

Politique
Convenons donc de dire « le » politique pour ce qui appartient à l’Homme en général (le fait de former des nous appelés « corps politique », la nation, l’empire, etc.) et « la » politique pour qualifier l’activité des hommes quand ils s’affrontent à propos de ce même nous, pour y prendre et conserver le pouvoir notamment : nous c’est nous, vous c’est vous. D’un côté le tout, l’unité, le fondement institué du nous ; de l’autre la confrontation des parti(e)s, qui présuppose le premier (pas de parties sans tout), mais en réfute le caractère organique en ce sens qu’il le divise. Mais le nous politique requiert, mystérieusement, un autre ou un ailleurs d’où il reçoit tout son sens et son efficacité. Pas de « nous » sans « il ». (Paul Soriano).
Prothèse
Jambe de bois ou ordinateur, une prothèse peut être vue comme l’intégration du comportement d’un sujet et du fonctionnement d’un objet. L’attention du médiologue ne se concentre ni sur l’un ni sur l’autre, mais sur leur relation – dans les deux sens : car la prothèse n’est pas qu’un instrument, elle participe à la formation de l’identité du sujet (qu’on pense à l’automobile par exemple). D’un point de vue spiritualiste, c’est le corps lui-même qui est une prothèse (de l’ « esprit »). En général, cependant, la prothèse reste « débrayable » et ce caractère est précieux : il facilite sa réparation ou son remplacement ; il favorise son évolution (le fabricant de prothèses la considère comme une chose ouverte à tous les perfectionnements) et aussi, de la part du sujet, le détournement d’usage, autre source d’inventivité : le prothétique est poétique.
- Référence : article Prothèse.
Robot
Le rêve (ou le cauchemar) du médiologue : un être pleinement matériel et technique qui ressemble de plus en plus à un « sujet ». La prothèse absolue, en quelque sorte. Rien qu’au cinéma (Frankenstein, ET, IA, Robocop, Terminator, Avatar, etc, etc...) il y a vraiment de quoi se prendre la tête...
Et l’occasion de saluer enfin un ancêtre qui en serait UNE (Mary Shelley, la maman de Frankenstein).
Santé
De nos jours, les questions de santé sont affectées par trois effets médiologiques, ainsi qualifiés parce qu’ils affectent les dispositifs complexes des médiations de la médecine : 1/ un « effet jogging » qui ranime d’anciens usages, à rebours de la marche triomphale du progrès ; 2/ un « effet wiki » qui fait émerger un « savoir de la foule » face au règne des experts ; 3/ un « effet Google » enfin qui dilue ces oppositions dans une hybridation générale des savoirs et des pratiques.
Référence : Santé : nouvelles techniques, nouvelles croyances.
Trace
La trace n’est pas seulement ce qui reste d’une croyance, d’un savoir ou d’une opinion, mais l’une des conditions nécessaires à leur émergence et leur propagation. Car tout système symbolique est en lui-même un système de traces, anticipant sa transmission par l’adoption ou la production d’un régime d’inscription spécifique. La trace suppose un support, un outil, une technique d’écriture et de lecture, un régime sémiotique, une méthode d’indexation, de contrôle et de conservation et un dispositif de diffusion. Religions, idéologies et doctrines s’articulent donc autour d’une certaine économie des traces, qui ordonne leurs modes d’enregistrement, de stockage et de circulation. Point de convergence entre des savoir-faire, des cultures, des acteurs et des technologies, la trace témoigne d’une organisation du collectif par l’organisation de la matière. On s’intéressera donc autant à la cohésion des systèmes de traces, qu’à leur évolution : soit des chaînages, comme celui qui relie la trace imprimée au savoir critique et encyclopédique, en passant par le papier, le plomb, la presse, l’édition, l’école, la bibliothèque, la composition, la classification… ; soit des tendances, comme la miniaturisation, l’accélération, la multiplication, l’automatisation ou la virtualisation des traces. (Louise Merzeau).
Transmission
"C’est le plus grand triomphe de l’homme sur les choses, que d’avoir su transporter jusqu’au lendemain les effets et les fruits du labeur de la veille. L’humanité ne s’est lentement élevée que sur le tas de ce qui dure." (Paul Valéry).
Vélo (effet)
Retour en vogue d’un système socio-technique qui semblait dépassé. Il s’explique souvent par nuisances produites par les nouvelles techniques (l’automobile, par exemple). Il s’accompagne souvent de modifications mineures mais décisives permettant de nouveaux usages de l’ancien dispositif (le VTT). Le téléphone ou le fax bénéficieront peut-être d’un effet-vélo, ne fût-ce qu’à titre de systèmes de secours.
Il arrive aussi que d’anciens dispositifs connaissent un rajeunissement technologique décisif, à l’instar du "téléphone arabe" dans les insurrections 2.0.
A rapprocher de l’effet jogging (voir ce mot).
Vidéosphère
Succède à la graphosphère. Période de l’esprit humain ouverte par l’électron, relayé et amplifié par le bit. Culture de flux (électronique) ou du fragment (numérique), le support axial glisse de la page à l’écran. Retour en force de la ligne Chair. Intégration des ethnies dans un ensemble techno-planétaire (l’ubiquité – instantanéité), avec désintégration récessive des totalités héritées de la graphosphère (effet-jogging) – empires territoriaux, États-nations, classes, Partis, Églises, etc. (Régis Debray)
Wiki (effet)
Libre accumulation et consultation par tout-un-chacun d’un savoir théorique et surtout pratique, toujours révisable du fait de nouvelles contributions, sur le modèle de l’encyclopédie en ligne Wikipédia.
La "foule savante" accueille volontiers les experts qui se prêtent à l’exercice comme on l’observe, entre autre, dans le domaine de la santé où les blogs de patients dialoguent avec les blogs de médecins.
Précision terminologique. On parle souvent de savoir ou de sagesse des foules (ou encore, en anglais, de crowdsourcing). Or le terme de foule est particulièrement mal choisi. Une foule, en effet, ne saurait produire ni savoir ni sagesse ni pouvoir, tout au plus de la masse ou de l’énergie, et le plus souvent destructrice. D’où notre préférence pour le terme « tout un chacun », un tout auquel contribue chaque « un ». (Paul Soriano).
Xanadu
Palais de rêve d’un poème de Coleridge, mais aussi projet d’une méga-bilbiothèque hypertextuelle, d’un immense système d’échange de données informatiques contenant potentiellement toutes les connaissances du monde conçu par Ted Nelson aux débuts de l’informatique. Le mythe de Xanadu représente l’idéal de l’accessibilité totale et instantanée de tous les produits de l’esprit humain qui hante toutes les utopies techniciennes. (François-Bernard Huyghe).
Zapper
Le petit écran encourage une attention picoreuse et velléitaire. Le tactile s’y mêle au visuel, on ne contemple pas l’image, on la tient au bout de ses doigts ; on pianote à la recherche (utopique) d’un programme plein, sans temps morts ni "tunnels". La télécommande est-elle l’outil-symptôme d’un individualisme exacerbé, ou l’accès du téléspectateur au pouvoir éditorial et le premier degré d’une naissante interactivité ? Ton monde n’est pas le mien, dit le zappeur, tu m’embêtes ! (…) Démocratique par excellence, ce geste privilégie l’échantillon, le micro et la forme clip, soit le triomphe d’une certaine télé : celle qui ne développe rien, et parle à peine, qui préfère le massage au message, qui affirme "sans transition" le choc visuel et le rythme, le pur brassage d’étincelles. La menace du zapping pèse à l’écran sur chaque énonciateur, qui doit prévenir l’ennui du téléspectateur moyen en autozappant son discours ou ses images. (Daniel Bougnoux).

|

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact