« Les citations dans mon travail sont comme des voleurs de grands chemins qui surgissent en armes et dépouillent le promeneur de ses convictions » (Walter Benjamin)

Livre

Paul Soriano, vendredi 16 avril 2010

Quel est donc le miracle de cet objet, né il y a plus de deux millénaires, éminemment moderne par sa forme cubique, mathématique, industriel bien avant l’heure, qui a triomphé du rouleau jusqu’à devenir la " brique élémentaire " de la pensée occidentale ? Contrairement au savoir numérique, le livre, né du pli, se referme sur lui-même, solidaire de son message. Son espace est conçu pour produire une autorité, voire une transcendance. Il confère à son contenu la forme d’une vérité et en donne crédit à l’auteur. (...) " Le livre, conclut Michel Melot, est un marqueur de la condition humaine. Comme nous, il est complet quand il est seul, et incomplet devant les autres. La force du livre, c’est qu’il nous survit et qu’il a, comme notre vie, une fin. Le lecteur doit s’y plier. J’ai écrit ce que je voulais écrire. Que vous m’ayez suivi ou non, ce livre est fini. Mais vous n’en avez pas fini avec le livre. " (4e de couverture).

Michel Melot, Livre, L’œil neuf éditions. 2006.

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact