Nation

Selon Renan, « un plébiscite de tous les jours »…

Oui, mais justement, on ne plébiscite pas tous les jours. Le nous (national), j’y pense et puis j’oublie. Seuls les politiques et quelques intellectuels organiques ne pensent qu’à ça… Les autres, il faut périodiquement leur rafraîchir la mémoire : lieux de mémoire, symboles en dur érigés en pense-bête et cet adjuvant remarquable, le sacré, qui imprègne tout discrètement et résiste aux outrages du temps, à l’entropie qui affecte ses supports matériels – y compris les frontières (sacrées) de la patrie.
Au pire, la Terreur viendra rappeler leur devoir patriotique aux intermittents de la République.

Fermer