« Et si je me trompe, je sais que vous me corrigerez » (Jean-Paul II)

Accueil > Chroniques > Pénurie de masques dans la start-up nation

Pénurie de masques dans la start-up nation

Paul Soriano, 18 mars 2020

Modifié le : 18 mars 2020

La 6e ou 7e puissance économique mondiale est donc incapable d’approvisionner ses pharmacies en masques de protection, produit low-tech, s’il en est. Et ce depuis trois semaines au moins, alors que l’épidémie progresse à toute vitesse. Lors de sa deuxième intervention solennelle, le président a bien promis des livraisons en urgence mais plusieurs semaines de pénurie, c’est déjà en soi un problème : avant la division planétaire du travail, ce n’est pas le président, mais un sous-préfet, qui l’aurait résolu… En écoutant les déclarations de plus hautes autorités, on ne pouvait s’empêcher de penser à ces petites affiches (photo jointe) : plus de masques « pour cause de rupture nationale » (sic). Merci de votre compréhension ? Désolé, on ne comprend pas. Ou plutôt on comprend trop bien… Un ami bien-pensant à qui je faisais cette remarque a tranché : réaction populiste. Un autre m’a tancé : il faut les réserver en priorité aux personnels soignants (il n’a pas ajouté « espèce d’inconscient ! » pour ne pas dire « salaud ! », mais j’ai cru l’entendre…). Oui bien sûr, mais quid des caissières et du personnel des magasins d’alimentation, à l’évidence exposés et qui devraient l’être aussi (prioritaires), et pas toujours équipés, loin de là ? Et les vieux, pardon, les « personnes avancées en âge », les plus vulnérables dit-on ? Et, et, et.. Start-up nation ? En ce moment on préfèrerait être le leader mondial des produits de première nécessité.