Substance du monde

« Mais ce Je qui se croit grand par cette force de nier à constamment besoin de la substance du monde pour pouvoir se maintenir lui-même en le niant sans cesse ; il est lui-même médiatisé par ce qu’il nie. Nous avons là un scepticisme extrémiste, qui à force d’éviter toujours toute discipline dogmatique tombe dans le dogmatisme de la négation et représente ainsi une impuissance intellectuelle, puisqu’il est incapable de s’immerger dans la vie de la chose même. » (Eugen Fink, Le Jeu comme symbole du monde, 1960. Minuit, 1966).

Fermer